centre orthos epaule, genou, hanche Michel Assor chirurgien orthopedique chirurgie de l'arthrose et du sport
 

Lésions des Ménisques :

Techniques de Réparation Méniscale
sous chirurgie arthroscopique

 

Elle est indiquée pour les ruptures large et récentes, et du 1/3 externe du ménisque, région bien vascularisée pouvant cicatriser. La réparation utilise des moyens de sutures trés divers, et surtout des moyens de fixation résorbable de type aggrafe ou flèche.

La réparation de la rupture méniscale est un geste conservateur de suture méniscale, de réalisation difficile, et dont les indications sont bien précisées et à respecter pour éviter le risque de re-rupture (absence de cicatrisation).

Indications

La réparation méniscale est indiquée sur la conjonction de 4 facteurs :

- localisation de la rupture sur le tiers périphérique vasculaire
- rupture de type vertical
- taille moyenne entre 5mm (cicatrisation spontanée si inférieure), et 4 cm (échec au-delà : anse de seau)
- patients jeunes (< 40 ans), non arthrosique.
Rupture Corne
Postérieure ménisque interne de 2 cm
 

Profil idéal du candidat à la répération méniscale
- Localisation: rupture périphérique
- Morphologie de la rupture: - taille: 1 à 2 cm : haut taux de succés
  - Apparence: verticale longtudinale
  - éviter lésions dégénératives, ou en raquette
- Facteurs Patient : collaboration, jeune, éviter flexion en post-op immédiat,
  Lésions associées du LCA fréquentes (50%)

 

 

 

 

 

Technique

Sous chirurgie arthroscopique.
La technique de suture peut être soit de dedans en dehors : inside-out: de plus en plus abandonnée (sauf pour les désinsertions capsulaires du ménisque) ou surtout entièrement intra-articulaire : all-inside,utilisant du matériel résorbable
1- Premier temps : préparation du ménisque lésé.
Avivement au shaver et au bistouri électrique au sein de la rupture et régularisation, résection tissus nécrosés ; abrasion synoviale et avivement vasculaire sur le site à réparer.
2- Deuxième temps : sutures des lésions surtout verticales avec matériel résorbable ou non résorbable, espacées tous les 5 à 7 mm.
3- Troisième temps :
- suture inside-out :

Utilisation d’un fil résorbable type Vicryl à double aiguille droite passé en U par la voie arthroscopique inféro interne traversant la rupture et sortant directement par la voie postérieure sans incision avec nœuds postérieurs.Cette technique évite les lésions neuro-vasculaires.
Inconvénients : difficulté et délais opératoires ; avantages : économique.
Erreurs à éviter :
- tension de la suture et du nœud doit être vue sous arthroscopie : pour éviter des nœuds trop rigides ou trop lâches ;
- sutures postérieures pratiquées genou en flexion ;
- le ménisque interne est mieux accessible genou en extension ;
- le ménisque externe accessible en flexion varus forcé.

- suture all-inside : c'est le gold standard

La suture méniscale en intra-articulaire totale est possible grâce à la mise sur le marché de matériels " Fixator " ,résorbables en 6 à 12 mois, de type Biofix Arrow; polylevolactic acid (PLLA), ou le Fasteners (Mitek), polydioxanone (PDS), qui a ma préférence; ou encore le BioStinger ( Linvatec).

Avantages immédiats : pas d’incisions ou de nœuds ; technique simple


Les problèmes de type rupture du matériel, lésions cartilagineuses par conflit sont évités grâce à la qualité du matériel comme le fastener qui est souple et sans tête (pas de conflit).

Certains proposent une technique combinée suture + Fixator.
Après l’insertion du Fixator, la réparation doit être testée par mobilisation du genou sous arthroscopie.


Exemple : BioStinger: technique d'insertion:


Protocole post-opératoire du Fixator
Appui partiel pendant 3 semaines avec cannes ; flexion limitée à 30-40° pendant 3 semaines; Rééducation habituelle de récupération des amplitudes ensuite;
pas de sport pendant 2 mois.

 

 Retour haut de page