centre orthos epaule, genou, hanche Michel Assor chirurgien orthopedique chirurgie de l'arthrose et du sport

Prothèse Unicompartimentale du Genou:

non cimentée totale ou partielle

 

1 - LA DESCRIPTION

La prothèse de genou est la reconstruction articulaire du genou, détruit par l'arthrose, l'ONA, ou par l'échec d'une ancienne prothèse (cimentée, mal positionnée, etc...).
L'articulation du genou comporte elle-même 3 articulations : 2 entre fémur et tibia, et 1 entre fémur et rotule.
D'où la notion de prothèse totale, remplaçant les 3 compartiments articulaires s'ils sont tous détruits, ou prothèse partielle, ne remplaçant que le compartiment articulaire lésé.
Elle est constituée d'une pièce fémorale et d'une pièce tibiale, de taille anatomique, reconstituant l'articulation et s'y impactant en chrome-cobalt (ou titane), recouverte d'HAC (bio intégration ou osseuse).
Une pièce en polyéthylène haute densité (reconstituant les ménisques) est encastrée dans la pièce tibiale ; une autre pièce en PE (bouton rotulien) est cimenté dans la face articulaire de la rotule (pour les PTG).
La stabilité de la prothèse est assurée à la fois par la rectitude de l'axe (mécanique) du genou, et par la tension des ligaments latéraux et croisés.Dans les cas de destruction massive ostéoligamentaire du genou, la stabilité est assurée par la prothèse elle-même : prothèse dite stabilisée (il existe un lien géométrique entre l'implant fémoral et l'implant tibial).

2 - L'ANESTHESIE

Elle est habituellement locorégionale : rachianesthésie ou générale.
La consultation anesthésique et le bilan pré opératoire sont obligatoires avant l'intervention.

3 - DEROULEMENT DE L'INTERVENTION

- La durée moyenne varie de 1 heure pour une prothèse simple à quelques heures pour les changements de prothèse, ou les lésions complexes.
- Elle se fait rarement sous autotransfusion , sauf dans les cas de changement complet de prothèse, sous autotransfusion simultanée et / ou différée.

4 - MAITRISE DES INCIDENTS MEDICAUX

Ceux-ci rares sont contrôlés par l'anesthésiste.
La douleur (antalgiques, pompe à Morphine éventuelle...)
Infection : pouvant nécessiter un nettoyage arthroscopique, (antibiothérapie 48 heures)
Hématome : évacuation.
La phlébite (anticoagulants)


5 - MAITRISE DES INCIDENTS CHIRURGICAUX

Par le chirurgien, ceux-ci sont rarissimes, toujours contrôlables (luxation).

6 - LES SUITES IMMEDIATES POST OPERATOIRES

Assurées par le chirurgien et son équipe (assistant).
Repos le premier jour (J1), fauteuil le deuxième jour (J2)
Marche en appui complet avec déambulateur à J2 ou J3.
Rééducation quotidienne.
Durée du séjour en Clinique 8 à 9 jours.
Sortie à domicile ou pour un centre de Rééducation.

7 - LE PREMIER MOIS

Est dominé par la rééducation, en évitant les rotations.
La marche est totale, avec 2 cannes.
Les points sont enlevés à la troisième semaine.

8 - LE CONTROLE PAR LE CHIRURGIEN ET OU SON ASSISTANT

Est régulier toutes les 2 à 3 semaines.

9 - LE DEUXIEME MOIS

Poursuite de la rééducation avec renforcement musculaire.
La marche est quasi normale avec 1 ou sans canne.
Une limitation de la flexion est possible (influence de la volonté ?), une mobilisation sous anesthésie peut être proposée si limitation importante.

10 - LES MOIS SUIVANTS (TROISIEME ET QUATRIEME MOIS)

Dans les cas complexes (changement de prothèse), la rééducation est poursuivie pour renforcement musculaire (permet la marche sans boiterie)

Contrôle final (clinique et radiologique) par le chirurgien dés guérison totale.

 

 Retour haut de page