centre orthos epaule, genou, hanche Michel Assor chirurgien orthopedique chirurgie de l'arthrose et du sport
 

EPAULE : PATHOLOGIE DE LA COIFFE DES ROTATEURS

 

TRAITEMENT MEDICAL, ARTHROSCOPIQUE ET/OU CHIRURGICAL

 

TECHNIQUES OPERATOIRES : REPARATION RUPTURE DE COIFFE


 

TECHNIQUE DE REPARATION ARTHROSCOPIQUE OU PAR MINI OUVERTURE D’UNE RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS.
Elle est toujours précédée de l’acromioplastie.

EVALUATION DE LA RUPTURE

La rupture peut être de type désinsertion : réparation par résinsertion osseuse ;
Rupture de forme en L ou ovale : rapprocher bord à bord les tendons en ‘ feuillet de livre’, puis réinsertion trans-osseuse de l’ensemble (ou du moignon) ainsi reconstruit, au niveau du trochiter.

MOBILISATION DE LA COIFFE

Mobiliser la coiffe à l’aide d’une pince à saisir en évaluant la possibilité de fermeture complète de la rupture.
Libération des tissus mous en cas de mobilisation réduite des tendons de la coiffe. Libération de la face articulaire de la coiffe à l’aide d’une rugine, résection d’adhérences de la face extra articulaire de la coiffe.

LA REPARATION

  • Se fait sous arthroscopie.
  • Ou : par mini ouverture, on procède comme suit : ‘ miniopen’ de 2 à 3 cm en partant du bord antérieur et inférieur de l’acromion. Le deltoïde est dissocié et écarté par un écarteur autostatique type Bekman, mais l’on s’efforcera de ne pas le désinsérer de l’acromion ! ce qui a pour avantage d’accélérer la récupération fonctionnelle, et surtout d’éviter le risque secondaire de split du deltoïde ; on complète si nécessaire l’acromioplastie à la fraise rotatoire,sous contrôle direct, pour améliorer le champ visuel et simplifier la réparation de la rupture.
  • Les fils non résorbables sont placés dans le moignon de coiffe dont on a préalablement réparé et rapproché bord à bord la partie tendineuse (ou ovalaire) de la rupture. Il faut ensuite réinsérer le moignon de coiffe dans le trochiter (et le trochin s’il s’agit du sous-scapulaire plus rarement concerné)
  • On pratique un tunnel ou un avivement
    du versant médial du trochiter (à la fraise arthroscopique ou au ciseau frappé).
  • On y introduit des fils non résorbables, soit par une ou deux ancres de suture placée à 45° vers la tête humérale, soit par des fils sertis passés en trans-osseuse au travers de 2 tunnels ou plus, s’abouchant sous le trochiter.
 
Ancre et son sens d’introduction
 


-Ruptures de type désinsertion : réduction + suture directe au travers du tunnel
trochitérien par fils trans osseux non résorbables ou à l’aide d’une ancre métallique (Ti, Smith and Nephew) ou résorbable (biocorkscrew, Arthrex)

-Ruptures larges : la rupture est habituellement ovale ; pratiquer d’abord une
réparation bord à bord entre le sus et le sous épineux , en essayant de déplacer postérieurement le sus épineux par libération des adhérences pour le mettre au contact du sous épineux ; puis réinserrer l’ensemble sur les tubérosités aux fils non résorbales ou à l’aide d’ancres. Eviter les sutures sous tension.
-En cas de très larges ruptures : rapprocher ce qui est possible sans tension ; une partie de la tête humérale peut être exposée, recouverte par lambeau deltoïdien ou par une greffe utilisant le tendon du biceps ; ou laissée tel quel. Les sutures sous tension doivent être évitée: risque de nécrose sur dégénérescence graisseuse.

Réinsertion, après suture bord à bord, du moignon de coiffe dans le trochiter avivé

 

 

 

 Retour haut de page