centre orthos epaule, genou, hanche Michel Assor chirurgien orthopedique chirurgie de l'arthrose et du sport

Défects Chondral et Ostéoarthrose :

les Indications

 

  • Ostéoarthrose du Genou de Grade I

- Traitement Conservateur : antalgiques, AINS, Glucosamine, Sulfate Chondroïtine
- Traitement Fonctionnel :repos, perte de poids, chaussures absorbantes, physiothérapie et musculation, attelle.

  • Ostéoarthrose du Genou de Grade II, épaisseur partielle

- AINS, Viscosupplémentation, Glucosamine, Sulfate Chondroïtine
- physiothérapie
- Arthroscopie et débridement des fragments cartilage / ménisque
- Libération Latérale Externe de la rotule, si pathologie fémoro-patellaire
- Ostéotomie si malalignement (angulation > ou égale à 7°) et échec arthroscopie (récidive des lésions, douleurs et gène fonctionnelle)

  • Ostéoarthrose du Genou de Grade III-IV, épaisseur totale

- défect du cartilage fémoral < 1 cm2 :débridement et microfracture, éventuellement mosaïcplasty.


- défect du cartilage fémoral de 1 à 2 cm2 : débridement et microfractures, mosaïcplasty.


- défect du cartilage fémoral > 2 cm2 : microperforations, allogreffe ostéochondrale, implantation de chondrocytes autologues (ACI).


-défect évolué du cartilage fémoral et associations pathologiques : malalignement, instabilité ligamentaire (LCA), perte du capital méniscal

- pour avoir une bonne chance de succès dans la prise en charge de ces cas complexes, le défect doit être au maximum de grade III et de taille 3-4 cm ; au-delà le risque d’évolution progressive vers l’arthrose est important, bien que dans de nombreux cas de défects complexes évolués avec associations pathologiques, leurs traitements en deux temps ont montré l’amélioration de la fonction et le ralentissement de l’aggravation arthrosique, mais avec un recul insuffisant.
- Timing : Traiter l’association pathologique en premier : ostéotomie valgisation ou varisation si malalignement ; greffe du LCA si instabilité ; greffe de ménisque allogène ou collagène si perte des 2/3 du ménisque restant.
- Rééducation
- puis Traitement de la lésion du cartilage selon le grade et la taille du défect : microperforations, mosaïcplasty, allogreffe ostéochondrale ou implantation de chondrocytes autologues (ACI).

- cas particulier personnel : sportive de 40 ans, lésion du LCA opérée par greffe de tendon rotulien, et anse de seau méniscale interne réséquée avec récidive, puis progressivement (10 ans environ), chondropathie de stade III fémoro-tibiale interne et varum de 12° ; en 2002, la chondropathie a été traitée par ostéotomie de valgisation, puis dans un deuxième temps, mosaïcplasty et greffe de ménisque interne : bon résultat fonctionnel actuel.

- défect du cartilage fémoro-patellaire :
- Arthroscopie et lateral release de la rotule (avec rarement suture aileron interne):c’est le geste de base nécessaire : a un rôle de décompression et de réalignement si instabilité de la rotule ; elle est habituellement suffisante et nécessaire pour favoriser la cicatrisation et la repousse du cartilage si un geste sur le cartilage a été réalisé. L’ostéotomie de dérotation de la tubérosité tibiale antérieure (TTA) est rare, réservée aux cas de subluxation externe permanente, avec valgus de l’extenseur et translation externe de la TTA (ou rotation externe métaphysaire tibiale supérieure).
- Dans ce cadre, la biochirurgie du cartilage est dominée par le débridement, et surtout les microfractures principalement des défects de la trochlée, rarement de la rotule, ce geste ayant montré son efficacité (voir articles). Les autres gestes sont rares : mosaïcplasty, allogreffe ostéochondrale, ACI.
- Physiothérapie.

- défects du cartilage tibial :
- debridement et surtout microfractures
- ostéotomie si malalignement
- certains utilisent des patchs de périoste.

- défect global précoce grade III / IV du cartilage fémoral et tibial (patients 40-60 ans)
- traitement médical ( acide hyaluronique) et fonctionnel
- surtout : après traitement de débridement arthroscopie, libération latérale de la rotule, et avec gestes de re surfaçage : micro fractures principalement,
- l’ostéotomie doit être soigneusement sélectionnée : risque d’échec.


- défect global du cartilage grade IV, arthrose tardive
- même traitement que le cas précédent
- ostéotomie inutile
- si échec et cas terminal : arthroplastie prothétique : prothèse totale ou partielle du genou.

 

 

 Retour haut de page