centre orthos epaule, genou, hanche Michel Assor chirurgien orthopedique chirurgie de l'arthrose et du sport

L’Arthrose du Genou :

Le Traitement Médical

 

Il associe la Thérapie Physique, la Pharmacologie, la Nutrition, et la Thérapie Génique

La Thérapie Physique et Nutrition

Son rôle est de diminuer les contraintes articulaires, et de renforcer les muscles pour absorption des contraintes passant par l’articulation.
Il faut donc diminuer la charge sur les articulations :

- modification de l’activité : éviter l’impact et les charges en torsion ;
- renforcement des muscles : des muscles fragiles aggravent l’arthrose ; les exercices diminuent l’inflammation ;
- physiothérapie ;
- appareillage :
attelle médiale du genou (pour arthrose fémoro-tibiale interne), qui décoapte les surfaces articulaires médiales ; semelles latéralisées réaxant l’axe mécanique et diminuant les stress sur le compartiment dégénératif concerné ;
- genouillère ;
- chaussures absorbantes ;
- cannes ;

- perte de poids :
l’obésité est définie par un poids supérieur de 20 % au poids idéal ; une perte de 5 kg réduit le risque d’arthrose de 50 %.

Le Traitement Pharmacologique

Il associe la médication orale par antalgique et AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) ; les injections intra-articulaires : cortisone et acide hyaluronique ; et enfin la glucosamine et le sulfate chondroïtine.

  • Antalgiques et AINS : efficaces dans les grades I ou II, et doivent êtres combinés avec la thérapie physique :
    - Antalgiques classiques ou opiacés ;
    - AINS non sélectifs : risques d’ulcération gastro-duodénale chez 35 % des patients de plus de 60 ans ; nécessité de protecteurs gastriques associés ;
    - AINS sélectifs COX-2 inhibiteurs (inhibiteurs de la cyclo-oxygénase) : est aussi efficace que l’AINS non sélectif, et a moins d’incidence d’ulcère gastro-duodénal. Certains travaux suggèrent qu’ils auraient un effet de protection du cartilage par la production de prostaglandines dans la réaction inflammatoire (synovite inflammatoire).
  • Injections Intra-Articulaires Cortisone :
    - Elles sont efficaces dans les poussées d’arthrose avec épanchements du genou ;
    - Peu efficaces dans les arthroses chroniques et sèches, surtout avec instabilité ;
    - Leur répétition peut être responsable d’arthropathie corticoïde, avec régression de la matrice cartilagineuse (pas de synthèse).
  • Injections Intra-Articulaires d’Acide Hyaluronique (AH) :
    - C’est un lubrifiant articulaire, un choc absorbant en restaurant le liquide synovial ;
    - L’AH diminue la réponse inflammatoire et améliore la viscoélasticité (Abbatangelo 89 CORR)
    - Elle augmente la densité chondrocytes et leur métabolisme, et augmente la matrice (Guidolin 2001)
    - Elle protège la dégénérescence du cartilage après méniscectomie ;
    Elle améliore la synthèse des GAGs (Ameil ORS 2001) : ces dernières avec les prostaglandines, sont liées aux fibres de collagène et à la chaîne d’AH, et aident à l’hydratation.
    -Le traitement est une série de 3 à 5 injections, donnant 70 % de bonnes réponses, qui peuvent être limitées dans le temps, fonction de l’étendue des lésions.
  • Glucosamine et Sulfate Chondroïtine :
  • Le Glucosamine :
    - augmente le GAG et l’épaisseur du cartilage après blessure (Oegema ORS 2001)-stimulerait la production d’AH et la viscosupplémentation ;
    - aurait un effet sur les chondrocytes ;
    - et sur l’évolution naturelle de la chondropénie
  • Glucosamine et Sulfate Chondroïtine :
    - Diminution de la douleur et amélioration de la fonction (McAlindon, Jama, 2000)
    -Retardent la progression du genou arthrosique symptomatique, diminuent la dégradation du cartilage articulaire (Reginster, Lancet, 2001).


La Thérapie Génique

C’est le traitement du futur.
Son but est la lutte contre la sénescence cellullaire du chondrocyte.
Un exemple d’expérience génétique :
Chondrocytes en culture dont on compte la population au cours de leurs divisions, au cours du temps ; 20 divisions; on transfère le gène télomérase
pour restaurer la longueur du télomère : un peu plus de division cellulaire ;
On transfère ensuite des gènes supprimant les gènes de suppression tumeur : les chondrocytes deviennent Immortels. Expérience montrant que le phénomène de sénescence génétique peut être ralenti.

 

 Retour haut de page